La certification des groupes d’appui et leur fragmentation

Point d’origine : la demande de l’équipe de coordination des groupes d’appui : « Cher·e insoumis·e,  Si tu reçois ce mail, c’est que ton groupe d’appui n’a pas répondu au premier formulaire envoyé il y a deux mois, dont l’objectif était d’effectuer un état des lieux des groupes d’appui en vue de la Convention de la France insoumise.» Avec une date limite pour la certification : « Je compte sur toi pour remplir ce questionnaire, avant le 7 novembre. Pour toutes informations supplémentaires, n’hésite pas à me contacter à l’adresse : groupesappui@lafranceinsoumise.fr ».

L’argumentation pour fragmenter les groupe d’appui : l’application de la Charte pour la constitution des groupes d’appui, dans ses 4° et 5° paragraphes :

« Ils sont constitués de 3 personnes au moins et ne dépassent pas 12 personnes avec l’objectif de permettre l’implication de toutes et tous dans l’action pour convaincre les citoyen·ne·s. Les groupes dépassant 12 personnes sont invités à se diviser pour renforcer le maillage territorial de la France insoumise. Les groupes constitués à l’échelle d’une université ou d’une entreprise peuvent dépasser les 12 personnes.

Les groupes d’appui se réunissent au minimum une fois tous les mois. Ils sont animés par deux personnes de genres différents n’étant pas dans la même situation : pas un couple, pas habitants le même appartement et n’appartenant pas tous les deux à une même formation politique qui soutient la France Insoumise. Ils sont constitués sur la base d’un territoire réduit (quartier, villages, cantons) et non à l’échelle d’une région, d’un département, d’une circonscription électorale ou d’une grande ville et sont enregistrés sur la page des groupes d’appui. »

De quand date cette Charte ? elle a été établie au moment de la constitution des groupes d’appui. A la mi-2016. Elle n’apporte aucune argumentation sur le chiffrage à 12 pour le nombre maximum d’un groupe d’appui. Or 12 Insoumis-e-s ne sont pas 12 militant-e-s. Nous pouvons comprendre, qu’à cette époque, la France insoumise qui était un mouvement naissant voulait le maximum de groupes d’appui pour créer un maillage conséquent sur le territoire national.  Or nous ne sommes plus dans la même période historique : nous entrons dans une période de renforcement et de développement de la France Insoumise. Cette Charte est dépassée et ne correspond plus à la réalité géographique et politique locale du terrain. Je pense qu’elle doit être reprise et examinée pour évoluer.

Vouloir fragmenter les groupes d’appui pour qu’ils obtiennent leur certification représente pour moi une ineptie politique : diviser les groupes d’appui ne servira qu’à les affaiblir tant qu’il n’existe pas d’organisation sur le terrain (par communes, par circonscriptions électorale) qui permette une véritable coordination et des actions communes. Au niveau de la 4° circo, les groupes de travail mis en place lors de la dernière AG dépassent cette conception des groupes d’appui. Il faudrait une AG ou une réunion du groupe d’appui de Romans premièrement pour désigner deux animateurs du groupe (cela n’a jamais été fait alors que je l’avais demandé au moins trois fois à l’été dernier), secondement pour décider de la fragmentation.

  • J’attends avec un intérêt certain de connaître les critères pour fragmenter le groupe de Romans : en se basant sur l’initiale des noms patronymiques des Insoumis-e-s ?
  • En se basant sur la géographie locale (ligne de séparation selon les rues) ?
  • En tirant au sort chaque Insoumis-e- à répartir dans les deux groupes envisagés ?

Gérard ESTIOT

2 réflexions au sujet de “La certification des groupes d’appui et leur fragmentation

  1. Bonjour Gérard,

    Merci pour cette analyse. De ce que j’ai compris le national préconise un regroupement géographique par quartier pour les grandes villes ou par village.

    “Ils sont constitués [les groupes d’appui] sur la base d’un territoire réduit (quartier, villages, cantons) et non à l’échelle d’une région, d’un département, d’une circonscription électorale ou d’une grande ville et sont enregistrés sur la page des groupes d’appui.”

    https://lafranceinsoumise.fr/groupes-appui/charte-groupes-dappui-de-france-insoumise/

  2. Bonjour,

    je souscris à 100% à la réflexion, argumentée comme toujours, de Gérard. Cette injonction dénote une méconnaissance évidente de la réalité de terrain de la part du national, surtout dans cette nouvelle phase de “consolidation”. Et cette sorte de chantage sur les homologations pour la Convention m’inquiète. Je ne fais pas d’anti-national primaire. On ne s’était pas organisés en groupe de 12(?) pour les élections alors qu’on était plus nombreux, alors je cherche à comprendre. Bien entendu en décider tous ensemble.
    A plus.
    Guillaume

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.