Histoire de Chants | N°1 | Le Chant des canuts

Ce chant exalte la misère et la révolte des ouvriers tisserands lyonnais, les Canuts, ceux dont les grandes luttes des années 1830-34 inaugurèrent l’organisation et la lutte de la classe ouvrière française naissante.

 

Intérieur d’un atelier de canuts

 

L’insurrection des Canuts de 1831 a eu un retentissement international et est à l’origine de toutes les révoltes ouvrières du XIXe siècle.

Cette chanson souvent associée à l’épisode insurrectionnel lyonnais de 1834 alors qu’elle est bien plus tardive. C’est en effet à l’occasion de l’exposition de Lyon de 1894 que l’auteur Aristide Bruant (1851-1925), crée cette chanson.

Le texte est inspiré de la version française de Maurice Vaucaire du poème Les Tisserands de Silésie de Heinrich Heine. La révolte des tisserands de Silésie de 1844 fut un des premiers essors du mouvement ouvrier allemand. En juin 1844, poussés par une terrible misère, les tisserands à domicile de deux petites localités silésiennes, Peterswaldau et Langenbielau, se soulevèrent, et saccagèrent les biens de leurs exploiteurs. L’insurrection fut réprimée dans le sang par l’armée prussienne.

Les canuts sont les travailleurs de la soie de Lyon, qui transforment à façon et à domicile, les fils de soie produits en Ardèche pour le compte des grandes familles de soyeux lyonnais.

 

HORRIBLE MASSACRE À LYON, 9 AVRIL 1834.

 

Installé sur les pentes de la Croix Rousse, c’est tout un monde industrieux qui travaille et anime la première activité de la ville de Lyon.

En 1831, puis en 1834, les canuts entrent en rébellion contre les soyeux afin d’exiger un tarif minimum, entendez par là une juste rémunération pour leur travail. Par deux fois, les canuts se retrouvent, sans trop l’avoir cherché, maîtres de la ville après la fuite des élites. En 1834, la rébellion se heurte à une sévère répression orchestrée par la Monarchie de Juillet.

L’intervention de l’armée, canons à l’appui aura tôt fait de venir à bout des barricades de la Croix Rousse. 600 morts jonchent les rues de la ville et le long cortège des prisonniers prend le chemin de la déportation et des bagnes d’outre mer ( l’Algérie par exemple, toute nouvelle colonie française ).

 

LES ÉVÉNEMENTS DE LYON, 22 NOVEMBRE 1831. COMBAT DU PONT MORAND.

En 1955, dans le disque Chansons populaires de France, Yves Montand modifie la fin de 3e strophe, “la révolte” au lieu de “la tempête” et “nous n’irons plus nus” au lieu de “nous sommes tout nus”. Cette modification, qui donne une tournure révolutionnaire au chant, est reprise par les interprètes ultérieurs.

 

Le 5 Février 2017, le candidat à l’élection présidentielle française Jean-Luc Mélenchon entonna quelques couplets du chant à la fin de son meeting à Lyon.

 

 

PAROLES

Pour chanter Veni Creator
Il faut avoir chasuble d’or.
Pour chanter Veni Creator
Il faut avoir chasuble d’or.
Nous en tissons…
Pour vous, grands de l’Église,
Et nous, pauvres canuts,
N’avons point de chemise.
        
C’est nous les canuts,
Nous allons tout nus.
              
Pour gouverner il faut avoir
Manteaux et rubans en sautoir.
Pour gouverner il faut avoir
Manteaux et rubans en sautoir.
Nous en tissons…
Pour vous, grands de la Terre,
Et nous, pauvres canuts,
Sans drap on nous enterre.
                     
C’est nous les canuts,
Nous sommes tout nus.
                                       
Mais notre règne arrivera
Quand votre règne finira.
Mais notre règne arrivera
Quand votre règne finira.
Nous tisserons…
Le linceul du vieux monde
Car on entend déjà
La révolte qui gronde.
  
C’est nous les canuts,
Nous n’irons plus nus.

C’est nous les canuts,
Nous n’irons plus nus.

Envoyé par Jeanne-Marie BENIERE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.