Le monde selon AMAZON

En plus d’être devenu le plus riche du monde selon le magazine FORBES, le PDG d’Amazon a une conception particulière de l’entreprise, de la manière de la diriger, du rôle des salariés : Jeff Bezos a l’obsession du magnat du commerce en ligne pour l’optimisation fiscale. D’où une  filiale opaque au Luxembourg qui contrôle les autres filiales européennes d’Amazon.

« Selon nos informations, le groupe Amazon possède 9 filiales actives au Luxembourg, dont quatre ne déclaraient aucune dépense salariale en 2016. Les filiales dont nous avons pu déterminer le nombre d’employés au 31 décembre 2016 sont :

– Amazon EU SARL ; rue Plaetis à Luxembourg : 2 537 salariés (1 431 en 2015). C’est elle qui emploie le plus de personnes et ses effectifs augmentent le plus vite. Elle est la maison mère de filiales en Allemagne, au Royaume-Uni ou en Italie. Mais Amazon n’a pas répondu à l’enquête du Statec, classement des principaux employeurs au Luxembourg. Pas de manutentionnaires mais des cadres, des informaticiens, des traducteurs.

– Amazon Europe Core SARL : 416 salariés.

– Amazon Media EU SARL : 54 salariés.

– Amazon Payments Europe SCA : 53 salariés.

– Amazon Services SARL : 116 salariés.

– Amazon Web Services Luxembourg SARL : 113 salariés. » article : Amazon et ses salariés : la question taboue,  le 11/01/18, enquête réalisée par Fabien Grasser Le Quotidien luxembourgeois indépendant  

Par conséquent les cotisations sociales payées par Amazon sont parmi les moins chères du monde (avec celles de Malte, du Danemark).

Maintenant quelles sont les méthodes de Jeff Besos ? Machine à broyer les salariés : «Travailler ici n’est pas facile», avait prévenu Bezos en 1997, alors qu’il ne vendait que des livres en ligne. «C’est du darwinisme. Les losers partent ou sont virés lors de réunions» où chaque manager est classé selon ses résultats, relate un ancien directeur des ressources humaines. » article   cité ci – dessus

« Bezos, converti au transhumanisme, aime décrire ses employés comme des athlètes réactifs et endurants. Jugeant que le besoin d’harmonie entre salariés dans l’entreprise est surévalué, il privilégie la compétition. Un système anonyme de délation permet à chacun de dénoncer à la hiérarchie les manquements de ses collègues ou de son chef direct. » article cité ci – dessus D’où un turn – over tous les ans dans les bureaux d’Amazon à SEATTLE. Besos revendique le libertarianisme = rôle minimum de l’Etat (police, armée pour défendre la propriété privée) et totale liberté pour licencier et agir à sa guise sans contrainte des lois.

Ce monde voulu par Besos n’est viable que pour les ultra – riches (les 1% des 10% les plus riches) et qui concentrent 50% de la richesse mondiale. Contre ceux – là mieux vaut un projet politique qui défend l’intérêt général collectif, la redistribution des richesses et une protection sociale au niveau le plus élevé, l’éco socialisme et la règle verte, etc… de la France Insoumise. Ainsi que la campagne lancée par la France insoumise contre la fraude et l’évasion fiscales.

Gérard ESTIOT

2 réflexions au sujet de “Le monde selon AMAZON

  1. l’occasion de rappeler ici que SAMEDI 20 JANVIER ce sera la NUIT DES LIBRAIRES
    La Libraire des Cordeliers à ROMANS sera ouverte toute la nuit pour lectures et rencontres

  2. Il vaut mieux en effet acheter nos livres en librairie ( plaisir toujours renouvelé…) et ne rien acheter sur Amazon, exploiteurs à tous points de vue…
    Merci Gérard pour cet article !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.