J’ai mon bac, je choisis ma fac !

Sur parcoursup, déjà en vigueur, et réforme du lycée et du bac qui va suivre…

Mot d’ordre à défendre : « j’ai mon bac, je choisis ma fac ! »

 

Planning des luttes à venir :

     Suite à la mise en place de « parcoursup », à la hussarde, avant même que le texte ne soit voté, un appel a été lancé le 20/01 par les enseignants chercheurs sociologues (200 en AG, vote à l’unanimité), suivi par le SNESUP, puis rejoints par des syndicats lycéens, étudiants, enseignants, et syndicats CGT, FO, solidaires… Et bien sûr le soutien de la FI !

  Une assemblée de tous est prévue le 27/01.

  Mobilisation générale le 1er février,  pouvant aller jusqu’à la grève.

  Grève des enseignants du second degré le 6 février.

  

 Avant la réforme :

 – le bac était le 1er grade universitaire : la fac était accessible à tout bachelier, même bac pro ou technologique . C’était un droit !

 – Il existait une préférence académique : le lycéen pouvait choisir la fac la plus proche de chez lui (par souci d’économies le plus souvent) et la fac était tenue de recruter d’abord les candidats de l’académie.

  – les lycéens pouvaient choisir leurs études, selon leurs préférences et selon leur projet de vie future. Ils saisissaient leurs voeux, n’obtenaient pas toujours ce qu’ils préféraient (places limitées en BTS, IUT, médecine, STAPS, …) mais ils pouvaient au moins aller en fac…Celle-ci proposait d’ailleurs de plus en plus de formations par alternance, professionnalisantes.

 

Avec parcoursup :

 -Le bac devient un diplôme de fin d’études secondaires et de ce fait n’ouvre plus droit à la fac. On prévoit ainsi  l’élimination directe des bacs pros et technologiques, par les « attendus » soigneusement élaborés en ce sens et aussi plus directement par les algorythmes que les facs mijotent déjà pour ne pas avoir à lire tous les dossiers complexes demandés aux lycéens (lettre de motivation, projet, etc.)

 – Plus de préférence académique : les facs bien cotées recruteront les meilleurs candidats, d’où qu’ils viennent, les « recalés » se verront imposer des facs plus modestes et surtout souvent très éloignées de chez eux et dans un domaine qui ne les intéresse pas …S’ils refusent ou s’ils ne répondent pas en quelques jours, ils seront radiés de la fac et perdront leur bourse…On peut déjà prévoir l’abandon des étudiants de milieu modeste : l’éloignement a un coût !

Plus de choix personnel en terminale : le parcours d’orientation va commencer en seconde (à 15 ans !) , avec des choix de « majeures » et de « mineures » qui détermineront les études futures. Et bien sûr, les moins informés seront les lycéens de milieu défavorisé…

– Enfin le fameux « numérus clausus » de médecine va devenir la règle pour toutes les filières très demandées…

( à noter que le coup du tirage au sort l’été dernier a été le prétexte à cette réforme et a été soigneusement orchestré : il a concerné très peu d’étudiants, peu de filières, mais on en a parlé tout l’été dans les médias…Et cela a permis au ministre de l’EN que c’était pour éviter le tirage au sort (certes injuste) que le système de choix d’orientation était modifié dans l’urgence !

 

En bref,  c’est bien une sélection , et la plus injuste qui soit !

 

Quels sont les buts cachés de ces réformes ?

 – D’abord bien sûr, faire des économies : moins d’heures de cours dans le projet de réforme du lycée, donc moins de profs (moins 2600 l’an prochain, déjà prévus, moins 25000 prévisibles…)

moins d’étudiants : le budget de l’université a constamment baissé (moins 10% depuis 2008, alors que le nombre d’étudiants a constamment augmenté )

 Au lieu d’augmenter les budgets des BTS, des IUT et de la Fac , on les comprime et on laisse de plus en plus de jeunes sans formation.  

 Quel avenir pour ceux qui n’ont une place nulle part ? S’inscrire à pôle emploi, ou s’ubériser ?…Accepter des petits boulots sous payés et précaires ? Voilà une main d’oeuvre future intéressante…

On promet à ceux qui n’auront rien au final une année de remise à niveau,  pour acquérir en un an les attendus non acquis à l’école : financée comment ? Les facs n’ont pas les moyens de le faire ni en locaux ni en personnel…Il n’y aura que des remises à niveaux privées, pour ceux qui en ont les moyens !

– c’est donc aussi favoriser, encourager le privé : déjà les prépas privées se multiplient (30% de plus chaque année !). Et on voit déjà apparaître du coaching pour aider les lycéens à faire leur parcours du combattant dans « parcoursup » ! Tout cela cher évidemment !

C’est bien vers une marchandisation des études que l’on va : l’étudiant devient un client qu’il faut séduire pour l’attirer vers les formations coûteuses, à condition qu’il ait le bon profil et …les moyens de payer ! C’est donc une fac de classe qui se prépare,  alors que la fac était jusque là démocratique, ouverte à tous et peu coûteuse (sauf pour le logement dans les métropoles…).  Cela prépare l’endettement des étudiants modestes, comme aux USA, bulle qui va éclater un jour aussi…Pain béni pour les banques !)

– « fac d’excellence » dit le gouvernement : réservée à la bourgeoisie et à l’élite, qui disposent de la culture nécessaire , des codes pour se faire valoir,  et du fric ! Merveille : les facs n’auront plus que de bons élèves, bien élevés, et pourront cultiver l’entre-soi, en préparant l’élite de demain…

9 réflexions au sujet de “J’ai mon bac, je choisis ma fac !

  1. Merci Monique de ces explications qui montrent sans dogmatisme qu’à l’évidence , la “main du Marché” s’abat sur un des rares domaines qu’elle n’avait encore pas colonisé.
    Quand on entend Macron à Davos devant la crème de l’oligarchie mondiale, plaider pour une mondialisation plus humaine et luttant contre le creusement des inégalités, on se dit que décidément, ce mec n’a aucune vergogne. L’application de son programme ne peut avoir comme résultat que le creusement des inégalités.
    Et puisqu’il est polyglotte disons lui: “ta gueule!”, “shut up!”, “chiudi il becco!”, “cierra el pico!”, et bien entendu “dein Maul!” comme ça la Merkel elle comprendra aussi.
    A bientôt.
    Guillaume

  2. Je n’ai pas cité mes sources : articles du monde et surtout de Médiapart, dont un bon blog («  réforme du bac, bonjour l’arnaque ») . Mais aussi et surtout le débat de la FI, sur UtubeFI, mercredi 24, toujours visible. Un peu long ( 2 h) mais très riche : à regarder pour tout comprendre !

  3. Je suis d’accord sur beaucoup de choses… MAIS :
    “La fac, un droit pour tous ceux qui ont leur bac”, oui, mais le droit de quoi? D’y passer 3 ans sans aucune validation, 2 très souvent ( vous en connaissez comme moi ), d’y connaître l’échec ou le zapping d’1 formation à l’autre, tout cela aux frais du contribuable? Le droit de rester à vie 1 looser?
    “Avant ils pouvaient au moins aller en fac” : est-ce le seul projet possible pour 1 jeune, la seule façon de réussir sa vie? Le droit de glander pour certains ? La fac n’est pas un but en soi!
    Je vais me faire assassiner, mais je suis pour 1 certaine sélection ( à définir pour qu’elle soit humaine & juste ). Dans l’intérêt des jeunes eux-mêmes.
    ET SURTOUT : je crois qu’on se trompe de campagne, le problème n’est pas de laisser tous les bacheliers aller en fac, mais de mettre en route 1 vraie réforme qui permette à tous les jeunes d’utiliser leurs compétences et de trouver 1 formation et 1 métier où ils se sentiront bien. Développer les autres filières pour que chacun puisse trouver sa place, d’1 manière ou d’une autre, dans la société, y compris dans les filières techniques & manuelles, qui ne sont pas assez valorisées.
    Et ça, c’est une autre paire de manches!
    PS De milieu défavorisé, je suis allée en fac & j’ai fait 1 licence de lettres en 3 ans, avec des bourses.

  4. Je continue en relisant le tract : plus de places en universités, oui… si cela mène au métier correspondant. A quoi sert d’ouvrir des places s’il n’y a pas de débouché?
    Bien pour l’allocation, ajoutons la cotisation à la retraite pour les années d’études validées.
    Retour en arrière : vous trouvez que l’université marche actuellement si bien que ça? Il y aurait d’autres propositions à faire! Là encore, on se trompe de combat.
    Le titre du tract “choisir ses études”… & on y parle que de fac, quel mépris pour les autres études!

  5. Je me suis sans doute mal fait comprendre…
    Je n’ai jamais voulu dire que tout était pour le mieux au lycée et à la fac, ni que tout le monde devait aller à la fac, mais simplement que chacun doit pouvoir choisir ses études et sa vie. J’ai été prof pendant toute ma vie, dont 25 ans en terminale au lycée du Dauphiné, alors les difficultés des lycéens et les problèmes d’orientation je connais…
    Mais je ne peux souscrire à cette réforme ultra libérale, mise en place sans concertation et sans vote du parlement, et qui va aggraver les inégalités au lieu de les réduire !
    Une réforme était nécessaire certes, mais il suffit de lire le projet pour l’éducation de l’avenir en commun pour comprendre que celle qui se met en œuvre est inacceptable et qu’il faut la combattre.

  6. La première formation de la FI portait aujourd’hui sur parcoursup et la réforme du lycée et du bac : il faut absolument l’écouter, c’est clair, précis et éclairant , pour ceux qui ont encore des doutes – ou des interrogations – sur cette lutte qui commence…
    Elle est toujours disponible ( lien plus haut sur notre site)

  7. anny leita

    Bien d’accord avec Monique la éFI ,est à écouter et fort intéressante On la trouve sur le site France Insoumisse éFI

    Bonne journée

  8. Les associations disciplinaires d’enseignants du secondaire ont envoyé une lettre à M.Blanquer demandant un moratoire sur les réformes, faites à la va vite , sans concertation ni vote parlementaire. Parue sur Médiapart, dans un blog de Simon Perrier du 29/01/2018. Et qui est devenue une pétition en ligne sur change.org : http://chn.ge/2njMLgc .
    A signer et faire signer largement, ces associations ont un certain poids au niveau national et ministériel, et il n’est pas dans leurs habitudes de se révolter contre les décisions de l’état …
    Beaucoup d’articles dans Médiapart et le Monde, la méthode est la même que pour la loi travail : aller vite, écraser toute contestation…

  9. URGENT !
    Rassemblement cet après midi 6/2 à Valence à 14h30 devant l’inspection académique ( a côté de la préfecture) contre les réformes de Blanquer…
    Profs, lycéens, étudiants, parents et grands parents, tous sont concernés …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.