Lettre ouverte à Marie-Pierre MONIER

Voici la lettre ouverte adressée à Marie-Pierre MONIER (PS), sénatrice de la Drôme, par Denis DONGER, conseiller municipal de Romans et conseiller communautaire Valence Romans Agglo (FI), au sujet de la privatisation de l’eau et du transfert de compétences à la Communauté d’Agglomération de Valence Romans.

 

“Madame,

Conseiller municipal (opposition) de Romans et conseiller communautaire Valence Romans agglo, je tiens à vous remercier pour votre implication dans la défense des services publics, notamment des hôpitaux de proximité et sur un point qui m’est particulièrement cher : l’eau et sa gestion.

Adjoint à l’environnement je m’étais opposé à la privatisation de l’eau dans notre ville. Mais minoritaire je n’ai pu empêcher le contrat avec la CGE (ndlr : Compagnie Générale des Eaux).

La nouvelle équipe municipale a reconduit la délégation de service public à VEOLIA, pour notre ville.

Je suis complètement opposé au transfert de cette compétence à la communauté d’agglomération Valence Romans Agglo.

Vous avez, d’après votre lettre de décembre 2017, la ferme intention de vous opposer à ce transfert obligatoire des compétences “eau” et “assainissement” à une communauté d’agglomération.

Je vous soutiens complètement dans ce combat et vous demande de m’informer sur l’avancement de ce dossier et sur les modalités d’opposition que nous pouvons mettre en œuvre pour stopper ce projet non démocratique et néfaste pour cette ressource essentielle qu’est l’eau.

Je soutiens également la demande des députés de la France Insoumise qui demande que l’eau soit reconnue un bien commun inaliénable et inscrit comme tel dans la constitution.

Veuillez accepter, Madame la sénatrice, mes salutations militantes.

Denis DONGER

 

2 réflexions au sujet de “Lettre ouverte à Marie-Pierre MONIER

  1. A toutes fins utiles , je signale la coquille qui s’est glissée dans la rédaction du “chapeau” : on y parle de “privation ” ( au lieu de “privatisation” )
    de l’eau , ce qui n’est pas tout-à-fait la même chose . Quoique …: j’ai entendu citer , dans une émission télé , l’exemple d’une famille qui avait dû
    se bagarrer pendant plusieurs années contre la multinationale SAUR pour obtenir le rétablissement du service d’eau qui lui avait été ” sucré ” …
    à la suite d’un impayé ! La loi ne permet plus ce comportement mercantile et barbare . N’ empêche que , aussi longtemps que des collectivités publiques délégueront à SAUR ou VEOLIA leurs responsabilités sur l’eau , il y aura peu de chances d’ évoluer vers des objectifs plus sociaux et écologiques , tels que tarifs bas d’abonnement , gratuité d’une première tranche de fourniture correspondant aux usages de base et progressivité
    de la tarification pour décourager le gaspillage de la ressource . D’où l’intérêt de la démarche de Denis !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.