Mai 68 | N°2 | La contestation dans les Pays du Bloc soviétique

Voici une série de dix articles « MAI 68, la démocratie retrouvée ». Il s’agit de repères chronologiques, mais aussi politiques, syndicaux, événementiels.

 

05 Mars 1953

• Mort de Joseph STALINE : appelé le « Guide », en russe « Vojd » ; appellation qui rappelle Führer (Adolf HITLER), Duce (Benito MUSSOLINI), El Caudillo (Francisco FRANCO) et Conducator (Nicolae CEAUCESCU) ; Mohamad KHADAFI se fait appeler aussi le Guide ;
• Lavrenti Béria, chef de la police lui succède avec MALENKO et MOLOTOV. Béria avait dirigé la police secrète, la Tchéka puis le NKVD. Il est responsable directement de la mort du metteur en scène MEYERHOLD, de l’écrivain Isaac BABEL, du journaliste Mikhail KOLSTOV. Il est responsable également de la déportation, en 1941-42 des Allemands de la Volga, des Tchétchènes, des Tatars de Crimée. En 1949 il dirige le programme nucléaire de l’URSS. En Février 1953, il aide Walter ULBRICHT en envoyant les chars soviétiques à Berlin ;
• Béria succède à STALINE, il annonce la libération des condamnés du procès des Blouses blanches (Février 1953), 1 million de prisonniers politiques ;
• 26 Juin 1953 : Béria est arrêté en plein séance du POLITBURO. Il sera exécuté sur ordre de Nikita KHROUCHTCHEV qui lui succède en Décembre 1953.
• Nikita KROUCHTCHEV avait organisé les obsèques de STALINE.

 

Insurrection de BERLIN-EST le 16 Juin 1953

• OCTOBRE 1949 : formation de la République Démocratique Allemande à partir de la zone d’occupation soviétique ;
• 16 Juin 1953 : manifestation des ouvriers du bâtiment qui travaillaient sur la Stalinallee à BERLIN-Est pour protester contre l’augmentation des cadences (+10%) non suivie d’augmentation de salaires ;
• Les manifestations s’étendent à toute l’Allemagne de l’Est. 600 000 manifestants à BERLIN – Est ;
• Walter ULBRICHT, secrétaire général du Parti Socialiste Unifié (SDU) appelle les chars soviétiques à la rescousse (aide directe de BERIA) : 85 morts et 25 000 arrestations. ULBRICHT devient Premier Secrétaire du Comité Central du SDU la même année. En 1950 il deviendra Chef d’État de la RDA jusqu’ en 1970, date à laquelle il sera remplacé par Erich HONECKER. Il n’a jamais eu de procès sur ses responsabilités politiques.
• Le rapport de KHROUCHTCHEV de 1956 : rapport du 24 Février 1956 dans lequel Nikita KHROUCHTCHEV critiquait les crimes de STALINE, le culte de la personnalité et la conduite de la seconde guerre mondiale par STALINE, mais il considérait comme positif la collectivisation des terres. Ce rapport a été présenté au XXe Congrès du Parti Communiste de l’Union Soviétique (PCUS). Ce rapport a été tenu secret, mais il a été transmis aux services secrets israéliens, le MOSSAD, par un leader polonais communiste et juif ; le MOSSAD l’a transmis à la CIA qui l’a transmis en Mars 1956 au NEW YORK TIMES qui en a publié des extraits. Il ouvre une période de remise en cause du stalinisme, du rôle dirigeant du PCUS dans le bloc soviétique et de tentative d’assouplissement du régime.

 

La POLOGNE en 1956

• 28 Juin 1956 : manifestations à POZNAN : les manifestants réclament de meilleures conditions de vie, des élections libres et le retrait de l’Armée Rouge ;
• 23 Octobre 1956 : nomination de GOMULKA au poste de Secrétaire Général du Parti Ouvrier Unifié Polonais (POUP) qui veut faire des réformes.

 

L’Insurrection Hongroise de 1956

• Imre NAGY a été Premier Ministre de 1953 à 1955 ; il est écarté du pouvoir en 1955 par RAKOSI ;
• Le Cercle de PETÖFI : crée en Avril 1956 par des étudiants communistes, c’est un lieu de contestation et de diffusion de textes non – officiels. Il défend une résolution en 10 points ;
• Agitation étudiante : les 19 et 20 Octobre 1956, les étudiants se rassemblent pour créer la Fédération hongroise des Associations d’Étudiants des Universités et des Collèges ; ils réclament la diminution des cours sur le marxisme, sur le léninisme, l’apprentissage de langues étrangères (allemand, français, anglais) parallèlement à l’apprentissage du russe ;
• 22 Octobre : 5 000 personnes assistent à la réunion entre les étudiants et le Ministre hongrois de l’Éducation. Rassemblement étudiant devant la statue du Général BEM, héros hongrois d’origine polonaise ;
• 23 Octobre : le premier Secrétaire du Parti des Travailleurs Hongrois (PTH, parti unique), Ernest GERÖ, est obligé d’autoriser la manifestation qui va de la statue du général BEM à celle de PETÖFI : 10 000 personnes . A 18 heures, rassemblement de 250 000 personnes devant le Parlement hongrois qui demandent le retour d’Imre NAGY au pouvoir ;
• 24 Octobre : à 2 heures trente, la statue de STALINE est renversée, place des Héros. Le Comité Central du PTH rappelle Imre NAGY, mais il veut rétablir l’ordre en décrétant l’état de siège et la loi martiale. Il appelle en outre les troupes russes stationnées près de BUDAPEST : 1ère Intervention russe. Mais fraternisation entre les manifestants et des soldats russes qui seront déportés plus tard en SIBERIE.
• Du 24 au 28 Octobre : apparition des conseils ouvriers sous l’impulsion de membres du PTH. Ces Conseils veulent faire pression sur le gouvernement hongrois. Ils assurent l’administration des provinces hongroises et le ravitaillement ; ils paient les ouvriers ; ils veulent la gestion directe des usines par les ouvriers ; ils ont des revendications politiques : la sortie du pacte de VARSOVIE, le retour d’Imré NAGY, l’abolition de la police secrète (AVH) et la liberté syndicale et politique.
• 28 Octobre : Imre NAGY obtient le départ des troupes russes qui sera effectif le 31 Octobre ;
• 30 Octobre : Imre NAGY abolit le régime de parti unique et tente de mettre sur pied un gouvernement de coalition (avec l’ancien parti social-démocrate et l’ancien parti des petits propriétaires) ;
• 1er Novembre : la HONGRIE se retire du Pacte de VARSOVIE
• 03 Novembre : 2ème intervention russe sous le prétexte de lutter contre la « contre-révolution » représentée par le gouvernement de coalition. 200 000 hommes et 2 000 chars entrent en Hongrie et à BUDAPEST. 2 à 3 000 morts hongrois, 720 soldats russes tués, départ de 200 000 Hongrois par l’Autriche et la Yougoslavie. 2 000 exécutions (?) Cela dure jusqu’au 08 Novembre ;
• 04 Novembre : Janos KADAR devient le nouveau Premier Secrétaire ; il annonce la formation d’un gouvernement révolutionnaire hongrois ouvrier et paysan. Il renoue avec l’URSS. Il dissout les Conseils ouvriers et fait arrêter 300 de leurs membres.
• Imre NAGY est enlevé par le KGB et conduit en Roumanie. Il sera jugé, condamné à mort et exécuté le 16 Juin 1958 à BUDAPEST.
• Réactions dans l’Europe de l’Ouest : Jean-Paul SARTRE , président de France-URSS, démissionne immédiatement ; le Parti Communiste de Grande – Bretagne perd 10 000 membres et le Parti Communiste Italien se sépare du Parti Socialiste Italien.

 

A bas la charogne stalinienne !

 

2 réflexions au sujet de “Mai 68 | N°2 | La contestation dans les Pays du Bloc soviétique

  1. Et la contestation en avril 2018 vous connaissez ?
    Demain samedi 13 avril rassemblement à 11 h place neuve à Valence pour la Zad, puis à11 h 30 à la gare avec les cheminots, puis à 14h pour les migrants…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.