Mai 68 | N°9 | Les organisations syndicales en 1968

Voici une série de dix articles « MAI 68, la démocratie retrouvée ». Il s’agit de repères chronologiques, mais aussi politiques, syndicaux, événementiels.

 

Organisations syndicales des salariés

• La CGT : secrétaire général Georges SEGUY : proche du PCF, réticente à l’égard des étudiants et encore plus à l’ égard de l’ extrême-gauche durant Mai 68 ;
• La CFDT : issue de la scission avec la CFTC en 1964 ; secrétaire général : Eugène DESCAMPS , la CFDT se tournera vers le socialisme auto – gestionnaire, la planification, la réforme de structures après Mai 68 ;
• La CFTC : secrétaire général : Eugène DESCAMPS en 1961 ; Jacques DELORS est adhérent de la CFTC au sein du groupe Reconstruction qui guidera la scission ;
• FO : issue de la scission de 1957 avec la CGT ; secrétaire général de 1963 à 1988 : André BERGERON ; le 31 Décembre 1858 : création de l’ UNEDIC dont André BERGERON sera le patron ;
• La Fédération de l’Éducation Nationale (FEN) : secrétaire général : James MARANGE ; négocie les 28 et 30 Mai pour arriver aux accords OUDINOT le 2 Juin 1968.

 

Organisations syndicales des étudiants

1) L’ UNEF

• Crée en 1907 ; repose sur les AGE = Associations Générales des Étudiants organisées par villes ou par « corpos » = corporations : lettres, médecine, etc … ;
• Avril 1957 : à la fin du Congrès de PARIS, première scission (avortée) dans l’UNEF avec la Création du Mouvement des Étudiants de France (MEF) à partir de 18 AGE ; Maurice HERZOG, haut – commissaire à la Jeunesse et aux Sports refuse la scission ;
• 8 Avril 1961 : seconde scission due à la différence d’opinion sur la Guerre d’Algérie : création de la Fédération Nationale des Étudiants de France (FNEF) qui est immédiatement subventionnée par le Gouvernement pour faire face à l’UNEF ; l’UNEF reste majoritaire chez les étudiants (80 000 cartes) alors que la FNEF (de droite) est minoritaire (20 000 cartes) ;
• À partir de 1963 : l’influence de la Jeunesse Étudiante Catholique (JEC) diminue ;
• 1966 : les trotskystes et leurs sympathisants qui étaient dans l’Union des Étudiants Communistes (UEC) quittent ou sont expulsés de l’UEC et l’UNEF pour fonder la Jeunesse Communiste Révolutionnaire (JCR) ;
• 1967 : les Étudiants Socialistes Unifiés (PSU) prennent la direction de l’ UNEF ; accompagnement « mou » des revendications étudiantes à ANTHONY et à NANTERRE, notamment sur la question de la sexualité ;
• Début 68 : l’UNEF joue un rôle important dans le lancement du Comité National Vietnam ; campagne contre la guerre d’ Algérie et sur des questions corporatistes ;
• Du 05 au 07 Juillet : assises de l’UNEF à GRENOBLE : « Une autre Université est possible : construisons-la ! » ; projet pour un statut social de l’étudiant ;
• Décembre 1968 : congrès de l’UNEF à MARSEILLE : la nouvelle direction est tenue par les Étudiants Socialistes Unifiés (PSU), mais équilibre fragile,
1969 : 3e scission de l’UNEF : suite à la Loi FAURE sur les élections dans les CROUS : la direction PSU (ESU) quitte l’UNEF, avec les maoïstes, restent la tendance UNEF – Renouveau proche du PCF et la tendance UNEF – Unité Syndicale, proche de l’ Organisation Communiste Internationaliste (OCI, lambertiste), tenue de deux Congrès séparés : celui de l UNEF-Renouveau, à partir des Comités d’Action étudiants, avec la présence du SNESup, du SNES et de la CGT et celui de l’UNEF – Unité Syndicale, à partir de la structure nationale, avec la présence de la CFDT, de la FEN et de la CGT-FO ;
• 1980 : évolution : l’ UNEF – Renouveau devient l’UNEF – Solidarité Étudiante, l’UNEF – US devient l’ UNEF Indépendance et Démocratie dirigée par Jean Christophe CAMBABELIS (la direction de l’ID entre au Parti socialiste), proximité gênante avec le gouvernement socialiste ;
• 2001 : réunification des deux UNEF

 

L’ UNEF et la Guerre d’ ALGERIE :

• 1954 : premiers troubles en Algérie ; pas de réaction des étudiants sauf ceux de la Jeunesse Étudiante Catholique (JEC) et de l’Union des Étudiants Communistes (UEC) ;
• 1955 : le vice – président de l’UNEF, Robert CHAPUIS (JEC) fait progresser la réflexion sur la colonisation par la France de l’ Algérie. Mais blocage par les étudiants français et fils de colons dans les AGE d’ Afrique du Nord ;
• 1956 : l’UNEF propose la négociation pour régler le problème algérien ;
• 13 Mai 1958 : DE GAULLE est au pouvoir ;
• 1959 : le gouvernement français veut réduire les sursis militaires des étudiants ; pour défendre ces étudiants, l’UNEF se base sur la loi pour faire échec à ce projet. Dialogue avec le FNL ;
• 27 Octobre 1960 : meeting de l’UNEF et des Confédérations syndicales pour la paix en ALGERIE ;
• 1962 : l’UNEF participe à la manifestation de CHARONNE contre l’OAS et la répression.

2) Les Comités d’Action Lycéenne (CAL)

• Février 1966 : des lycéens parisiens appartenant au Mouvement des Jeunesses Communistes (MJC)créent un Comité de soutien au peuple vietnamien. Ils sont exclus de la MJC. Ils adhèrent au Comité Vietnam National ;
• 28 Février 1967 : ils mettent en place une centaine de Comités Vietnam Lycée (CVL) ;
• 13 Décembre 1967 : des lycéens parisiens participent à la Manifestation avec l’UNEF et les Confédérations Syndicales contre les Ordonnances de la Sécurité Sociale ;
• Début 1968 : création d’une cinquantaine de Comités d’ Action Lycéenne composés de militants de la JCR, des Jeunesses Communistes Anarchistes et des protestants ;
• 6 Mai 1968 : des cortèges de lycéens se forment allant de lycée en lycée à Paris ;
• 10 Mai 1968 : 10 000 lycéens manifestent avec l’UNEF ;
• Mai 1968 : 250 CAL se regroupent dans un Bureau National qui publie un livre de revendications portants sur : l’enseignement technique, le contrôle des connaissances, les nouveaux rapports sociaux dans les lycées et la liberté d’ expression et la liberté politique dans les lycées ;
• 19 et 20 Juin 1968 : premier Congrès des CAL ; les Jeunesses Communistes y entrent et opèrent une scission en créant l’Union Nationale de Comités d’Action Lycéenne (UNCAL) de type syndical avec l’ appui matériel de la CGT, du SNES et de la MJC ;
• Avril 1969 : fin des CAL, faute de dynamique politique et de moyens matériels.

 

La police vous parle tous les soirs à 20 heure !

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.